Pont d'Hauterive

Liaison routière Marly-Matran
(projet de concours)

Maître d’ouvrage
Etat de Fribourg
Architecte
BCR architectes
Lieu
Fribourg
Année
2019

Pour ce projet, nous avons choisi notre devise, Et au milieu coule une rivière, en référence au fameux film américain réalisé par Robert Redford et la passion pour la pêche à la mouche de son héros.

D’une longueur totale d’environ 800 mètres pour une largeur de presque 15 mètres (trafic bidirectionnel avec voie d’accotement + mobilité douce), le tracé de l’ouvrage décrit une courbe enjambant un méandre de la Sarine, une zone alluviale d’importance nationale et l’ancienne décharge de la PILA.

Notre réflexion a consisté à trouver les meilleures solutions pour préserver et valoriser les grandes qualités paysagères de ce milieu naturel, pour respecter la tranquillité visuelle et auditive des sites avoisinants (habitations, site archéologique et ancienne abbaye cistercienne) et pour développer un ouvrage rationnel et élégant.

D’un point de vue structural, la contrainte de devoir enjamber La Sarine sans appui intermédiaire, soit une portée de plus de 150 mètres, ainsi que la hauteur des piles dans la partie centrale du tracé (environ 40 mètres), nous ont conduit à limiter à 3 le nombre de piles dans la zone centrale de l’ouvrage (sur une longueur de près de 500 mètres). De part et d’autre de cette partie centrale, la topographie ainsi que la réduction des restrictions justifient le recours à de plus faibles portées, que nous avons fixées à environ 35 mètres, avec un tablier de très faible épaisseur sur des piles centrales.

La face inférieure du tablier, très visible par les promeneurs, est dépourvue d’installations techniques suspendues. Le traitement de son coffrage est imaginé très lisse afin de lui conférer un caractère réfléchissant qui permettra à l’ouvrage de mieux s’intégrer dans le paysage.

Des lames verticales ont été choisies pour ces dispositifs, afin de laisser apparaître la finesse du tablier depuis l’extérieur et d’offrir une vue sur le paysage aux usagers du pont. Un jeu de lumière et de transparence se met ainsi naturellement en place.

Une combinaison de facettes subtiles crée un jeu d’ombres sur l’ouvrage et le dispositif de retenue, ce dernier induisant un mouvement dans la profondeur/longueur du pont selon une variation géométrique de la position du pli.

Le traitement des piles a été conditionné par les contraintes structurales et se présente comme une réponse simple et efficiente à ces contraintes.

  • Hauterive_2.jpg
  • Hauterive_1.jpg
  • Hauterive_3.jpg
  • Hauterive_4.jpg
  • Hauterive_5.jpg
  • Hauterive_6.jpg